Vous êtes ici : Accueil > les papillons > détermination des espèces > fiches de détermination des papillons de jour (Rhopalocères)

Vous trouverez ici la liste des espèces qui ont une fiche de détermination, dans l’ordre alphabétique des noms français utilisés dans le livre “Papillons d’Europe” de Tristan Lafranchis (2ème édition) ; la mise à jour des noms en fonction du référentiel de septembre 2013 du Muséum national d’Histoire naturelle n’a pas encore été faite.

Cliquez sur la fiche pour la faire apparaitre.

  • Agreste Hipparchia semele fiche 011
  • Alexanor Papilio alexanor fiche 039
  • Amaryllis Pyronia tithonus fiche 006
  • Argus de l’orobe Meleageria daphnis fiche 022
  • Argus frêle Cupido minimus fiche 066
  • Argus vert Callophrys rubi fiche 031
  • Aurore Anthocharis cardamines fiche 036
  • Azuré de la badasse Glaucopsyche melanops fiche 057 photos ajoutées le 13 avril 2014
  • Azuré de la faucille Cupido alcetas fiche 038
  • Azuré des cytises Glaucopsyche alexis fiche 063
  • Azuré des nerpruns Celestrina argiolus fiche 018
  • Azuré des orpins Scolitantides orion fiche 059
  • Azuré des soldanelles Agriades glandon fiche 071
  • Azuré du thym Pseudophilotes baton fiche 032
  • Azuré du trèfle Cupido argiades fiche 015
  • Bel-Argus Lysandra bellargus fiche 016
  • Belle-Dame Vanessa cardui fiche 033
  • Brun des pélargoniums Cacyreus marshalli fiche 009
  • Cardinal Argynnis pandora fiche 060
  • Céphale Coenoympha arcania fiche 034
  • Citron Gonepteryx rhamni fiche 054
  • Citron de Provence Gonepteryx cleopatra fiche 055
  • Collier-de-corail Aricia agestis fiche 035
  • Cuivré fuligineux alpin Lycaena tityrus subalpinus fiche 008
  • Damier de la succise Euphydryas aurinia fiche 005
  • Demi-Argus Cyaniris semiargus fiche 065
  • Demi-deuil Melanargia galathea fiche 040
  • Diane Zerinthia polyxena fiche 056 photo ajoutée le 13 avril 2014
  • Échiquier ibérique Melanargia lachesis fiche 041
  • Échiquier d’Esper Melanargia russiae fiche 042
  • Échiquier d’Occitanie Melanargia occitanica fiche 043
  • Fadet commun ou Procris Coenonympha pamphilus fiche 021
  • Faune Hipparchia statilinus fiche 013
  • Flambé Iphiclides podalirius fiche 028
  • Gazé Aporia crataegi fiche 064
  • Grande Tortue Nymphalis polychloros fiche 029 : photos ajoutées le 6 avril 2013
  • Grand Nacré Argynnis aglaja fiche 002
  • Lucine Hamearis lucina fiche 067
  • Jason Charaxes jasius fiche 050
  • Marbré-de-vert Pontia daplidice fiche 026
  • Mégère ou Satyre Lasiommata megera fiche 024
  • Mélitée des linaires Mellicta dejone fiche 049
  • Mélitée des mélampyres Mellicta athalia fiche 048
  • Mélitée du plantain Melitaea cinxia fiche 037
  • Mélitée noirâtre Melitaea diamina fiche 046
  • Mélitée orangée Melitaea didyma fiche 045
  • Moiré automnal Erebia neoridas fiche 023
  • Moiré blanc-fascié Erebia ligea fiche 003
  • Morio Nymphalis antiopa fiche 053
  • Myrtil Maniola jurtina fiche 020
  • Paon-du-jour Inachis io fiche 052
  • Petit Nacré Issoria lathonia fiche 010
  • Petite Tortue Aglais urticae fiche 030
  • Petite Violette Boloria dia fiche 019
  • Piéride de la moutarde Leptidea sinapis fiche 017 : fiche modifiée le 29 mars 2012
  • Piéride de la rave Pieris rapae fiche 025
  • Piéride du navet Pieris napi fiche 014 : fiche complétée le 20 mars 2012
  • Piéride du chou Pieris brassicae fiche 027
  • Proserpine Zerynthia rumina fiche 058
  • Robert-le-diable Polygonia c-album fiche 004
  • Silène Brintesia circe fiche 012
  • Tabac d’Espagne Argynnis paphia fiche 001 fiche refaite et photos ajoutées le 24 juin 2014
  • Tircis Parage aegeria fiche 007
  • Vulcain Vanessa atalanta texte et photos ajoutés le 9 juin 2014 fiche 051

Articles

  • l’Azuré des soldanelles - Juillet 2014

    L’Azuré des soldanelles (Agriades glandon) est un petit Azuré sédentaire qu’on ne trouve qu’en montagne, en colonies très localisées, le plus souvent à très haute altitude, sur des pelouses comprenant des zones écorchées plus ou moins caillouteuses. Il a la réputation de participer aux rassemblements d’Azurés sur la terre humide. En France, on le trouve dans les Alpes et les Pyrénées, en principe à partir de 1100 m, mais plus souvent à partir de 2000 m Il n’y a qu’une génération par an et les adultes se (...)
  • la Lucine - Juin 2014

    La Lucine (Hamearis lucina) est classé dans les Lycaenidae, comme les Azurés, les Thècles, les Cuivrés ; mais c’est le seul représentant européen d’une sous-famille (Riodinidae) qui comprend environ 1200 espèces, toutes tropicales. C’est un papillon de petite taille qu’on ne peut pas confondre avec les autres Lycènes, même les Cuivrés qui sont comme lui de couleur fauve à orangé, car l’arrangement des taches blanches sur le dessous des ailes postérieures est tout-à-fait caractéristique. La Lucine (...)
  • l’Argus frêle - Juin 2014

    L’Argus frêle (Cupido minimus) est un petit papillon qu’on voit çà et là en France, même s’il semble décliner à certains endroits, et dans une grande partie de l’Europe. Il pond le plus souvent sur l’Anthyllide vulnéraire (Anthyllis vulneraria), et éventuellement sur d’autres légumineuses (Fabacae), qui poussent dans les prairies calcicoles et les pelouses, jusqu’à 2600 m d’altitude. Dans les régions à climat favorable, il peut y avoir deux générations entre mai et septembre, mais, en montagne comme en (...)
  • le Demi-Argus - Juin 2014

    Le Demi-Argus (Cyaniris semiargus) est un petit papillon qu’on trouve dans presque toute la France (surtout à l’Est) et en Europe, sauf en Grande-Bretagne d’où il a disparu. Il pond sur les trèfles et probablement d’autres légumineuses (Fabacae) qui poussent dans les prairies, les bords de chemins, les lisières de forêt, les pentes fleuries. On le voit du printemps à l’automne, jusqu’à 2500 m. Il fait partie des Lycènes et il faut une observation attentive pour le différencier d’autres espèces comme (...)
  • le Gazé - Juin 2014

    Le Gazé (Aporia crataegi) est une Piéride blanche, aussi grande que la Piéride du chou, et qu’on voit voler du printemps à l’été, à partir de mai. Il butine surtout des fleurs pourpres ou bleues (trèfle, knautie…). On l’identifie facilement, même en vol, et on peut distinguer le mâle de la femelle en regardant les antennes de près. Les écailles blanches qui couvrent ses ailes peuvent partir par frottement, surtout chez les femelles harcelées par les mâles ; les ailes sont alors translucides. Il pond sur (...)
  • l’Azuré des cytises (Glaucopsyche alexis) - Avril 2014

    L’Azuré des Cytises fait partie de la cohorte des petits Azurés mais, pas de panique, il est classé dans le genre Glaucopsyche (Glaucopsyche alexis), ce qui signifie pour l’amateur la certitude d’aller directement au genre à la seule vue du dessous des ailes : comme il a une propension à fermer ses ailes quand il butine, on peut voir à l’aile antérieure une série de gros points noirs en courbe, et une autre série de petits points noirs à l’aile postérieure. Il reste à différencier les deux espèces de (...)
  • le Cardinal - Février 2014

    Le Cardinal (Argynnis pandora) est un grand et beau papillon présent dans le sud de l’Europe et qui se reproduit en France dans la région méditerranéenne et dans les dunes de Vendée et Loire-Atlantique. On peut le voir parfois dans d’autres départements proches car il a un comportement migrateur, mais sans atteindre les performances d’autres Vanesses (Nymphalidae) comme la Belle-Dame. Il ressemble au Tabac d’Espagne (Argynnis paphia), présent dans toute la France, mais il s’en distingue par des (...)
  • l’Azuré des orpins - Mai 2013

    L’Azuré des orpins (Scolitantides orion) est facilement identifiable, ce qui n’est pas le cas de tous les Azurés ! Par contre, le mâle et la femelle sont presque identiques, le mâle étant seulement un peu plus lavé de bleu. On trouve cette espèce sur des coteaux secs, chauds et rocailleux, jusqu’à plus de 1 000 m, là où poussent des Orpins à larges feuilles (Sedum). C’est une espèce peu abondante et très localisée, qui ne donne qu’une génération au printemps (avril – (...)
  • la Proserpine - Mai 2013

    La Proserpine (Zerinthia rumina) est un papillon du printemps dans le sud-est de la France et qu’on trouve aussi en Espagne et au Portugal. Elle vit dans les zones ouvertes des chênaies claires, là où pousse l’Aristoloche pistoloche. Elle pond sur cette plante, la chenille y vit et l’adulte reste à proximité pour prendre le soleil et butiner avant de se reproduire en une seule génération, de mars à juin. On peut la confondre avec la Diane (voir la comparaison sur la fiche jointe) avec laquelle elle (...)
  • l’Azuré de la badasse - Avril 2013

    L’Azuré de la badasse (Glaucopsyche melanops) est un petit papillon du Sud de la France (et Espagne et Portugal). Il pond sur la Badasse (Dorycnium pentaphyllum), légumineuse (Fabacae) à fleurs blanches (avril-mai) et à souche ligneuse (sous-arbrisseau) qui pousse dans les landes à Aphyllante, les garrigues et les lisières de chênaie verte. Le mâle est bleu dessus mais, au vol, on voit aussi qu’il est gris dessous. Comme il butine souvent et qu’il laisse approcher l’observateur, on peut le (...)
  • la Diane (Zerynthia polyxena) - Avril 2013

    La Diane (Zerinthia polyxena) est un papillon du Sud de la France, plus abondant au-dessous de 200 m même si l’espèce peut se trouver jusqu’à 1 500 m dans les Alpes-de-Haute-Provence. Elle pond sur les Aristoloches et se trouve donc en lisière de chênaie. Les populations françaises appartiennent à la sous-espèce cassandra mais il y a plusieurs écotypes : les formes près du littoral méditerranéen vivent plutôt dans des zones humides et sont plus jaunes et plus grandes ; les formes d’altitude, sur des (...)
  • le Citron de Provence - Avril 2013

    Le Citron de Provence (Gonepteryx cleopatra) se distingue de l’autre Citron (Gonepteryx rhamni) par sa localisation géographique et ses couleurs. En effet, il est abondant dans la moitié Sud de la France où il se reproduit ; mais attention, comme c’est un voilier puissant, certains individus peuvent migrer en été dans des régions du nord. Le mâle se distingue bien du Citron « ordinaire », même au vol, car il a une grosse tache orangée sur chaque aile antérieure ; pour la femelle, c’est plus difficile (...)
  • le Citron - Avril 2013

    Le Citron (Gonepteryx rhamni) est un des premiers papillons vus à la fin de l’hiver car il hiberne dans la nature et sort dès que le soleil chauffe un peu. On le reconnait facilement par sa couleur jaune (le mâle) - la femelle est blanc verdâtre - Mais il faut le voir posé pour être sûr que c’est lui : il butine ailes fermées et, quand il est de profil, on voit bien les ailes qui se terminent en pointe. On peut confondre la femelle avec celle du Citron de Provence (Gonepteryx cleopatra) mais le (...)
  • le Morio (Nymphalis antiopa) - Mars 2013

    Le Morio est un grand papillon, immédiatement identifiable qu’il soit ouvert ou fermé : de couleur sombre, les ailes sont bordées d’une marge très claire. Elle est blanche chez les individus âgés mais jaune pour les individus tous frais émergés de la chrysalide. C’est une espèce assez répandue mais dont les effectifs sont extrêmement variables et qui n’est jamais très abondante. Personnellement je ne l’ai encore jamais vue et je m’appuie sur des photos prises par un ami en Haute-Savoie. En effet, c’est un (...)
  • le Paon-du-jour (Inachis io) - Mars 2013

    Le Paon-du-jour (Inachis io) est un papillon de taille moyenne, une Vanesse tout-à-fait originale avec ses grands ocelles sur la face supérieure des ailes, évoquant les Paons de nuit plutôt que ses cousins papillons de jour. Quand il est fermé, il est quasiment invisible ; ouvert il impressionne et on le reconnait immédiatement. Il hiverne dans les bâtiments où il peut pénétrer, ce qui ne lui garantit pas de pouvoir ressortir pour se reproduire au printemps car il parait qu’il succombe souvent de (...)
  • le Vulcain (Vanessa atalanta) - Mars 2013

    Le Vulcain est un papillon de taille moyenne, une Vanesse (Vanessa atalanta) proche de la Belle-Dame (Vanessa cardui). Il fait partie des papillons facilement identifiables à vue et de ce fait il est très connu, d’autant qu’il est présent dans toute l’Europe et en Afrique du nord. En réalité il se reproduit dans le Sud et migre pour occuper les territoires du Nord. Celui que j’ai vu à Échirolles (Isère) en novembre devait redescendre dans le Sud pour éventuellement hiverner. Quant à ceux qui étaient (...)
  • le Jason - Septembre 2012

    Ce papillon, Charaxes jasius , a trois noms vernaculaires en France : le Jason, par référence au nom d’espèce choisi par Linné dans la mythologie grecque (mais pour quelle raison ?) ; le Pacha à deux queues (l’aile postérieure a effectivement deux prolongements en pointe) ; la Nymphale de l’arbousier, car il appartient au grand groupe des Nymphalidae et est totalement inféodé à l’Arbousier (Arbutus unedo) ce qui explique sa répartition sur le pourtour de la Méditerranée en France. On le (...)
  • la Mélitée noirâtre - Septembre 2012

    Bien qu’appartenant au genre Melitaea, la Mélitée noirâtre ressemble plutôt aux autres Mélitées du genre Mellicta ; on l’appelle aussi le Damier noir car le dessus est quadrillé de noir. Elle préfère les prairies humides et se trouve surtout dans une grande moitié est de la France ; elle est fréquente en montagne.
  • la Mélitée orangée - Septembre 2012

    La Mélitée orangée (Melitaea didyma) mérite bien son nom, c’est un joli papillon orangé de la tête aux pieds, même si les femelles ont des robes variables. Elle est facilement reconnaissable, aussi bien dessus quand elles est étalée pour prendre le soleil, ou dessous, ailes fermées quand elle butine.
  • la Mélitée des mélampyres - Juillet 2012

    Cette Mélitée, Mellicta athalia, se distingue par la couleur gris-noir du dessous des palpes, alors que toutes les autres ont des palpes roux. Il faut donc y regarder de près pour ne pas la confondre avec les autres Mélitées, d’une couleur orangée avec des marques noires comme elle ! Ceci d’autant plus qu’elle est commune dans toute la France, sauf dans le Nord-Ouest.
  • la Mélitée des linaires - Juillet 2012

    La Mélitée des linaires ou Mellicta dejone est peu abondante et très localisée, uniquement dans le Midi (Sud-Est à partir de la Savoie et jusque dans les Pyrénées), surtout en montagne. Elle fait partie de cet ensemble de papillons orangés (Nacrés, Mélitées et Damiers) à taches ou quadrillage noirs qui demande de l’attention pour la détermination, les Mélitées n’étant pas les plus faciles à nommer dans cet (...)
  • l’Echiquier d’Esper - Juillet 2012

    L’Échiquier d’Esper - du nom d’un entomologiste allemand qui a nommé nombre de papillons, après Linné - est parfois appelé Échiquier de Russie - par traduction de son nom d’espèce en latin russiae -. Si on regarde sa répartition, on constate l’existence de populations isolées en Espagne, au sud de la France, au sud de l’Italie, dans les Balkans et en Russie et Sibérie. Superficiellement on peut le confondre avec les autres Échiquiers ; il faut donc être attentif quand on est dans le Sud pour ne pas (...)
  • l’Echiquier d’Occitanie - Juillet 2012

    Papillon méditerranéen, il ne se rencontre qu’en mai-juin, parfois dès avril, dans les prairies, en général à moins de 1 000 m. Les autres Échiquiers sont un peu plus tardifs et peuvent se trouver jusqu’en août en altitude.
  • l’Echiquier ibérique - Juillet 2012

    Papillon pouvant être confondu avec le Demi-deuil, il ne se rencontre en France que des Pyrénées orientales au Languedoc et la région Sud d’Avignon est sa limite orientale, alors qu’il est présent dans toute la péninsule ibérique (Espagne et Portugal).
  • le Demi-deuil - Juillet 2012

    Le Demi-deuil (Melanargia galathea) est un papillon très commun en été dans toute la France ; il est facile et intéressant à observer au jardin, sur les talus fleuris et dans les prairies. Bien caractéristique avec ses taches noires et blanches, c’est une des premières espèces que l’on sait reconnaitre, à condition de n’être pas dans le Sud de la France où existent trois espèces voisines à comparer. Voir la fiche de M. galathea Voir aussi le fichier sur le genre Melanargia (les Échiquiers) Voir les (...)
  • l’Alexanor - Juillet 2012

    Ce papillon ressemble au Flambé et au Machaon. Comme eux, c’est un bon voilier caractérisé par ses couleurs jaune et noire et ses ailes postérieures prolongées par une queue. Il est plus petit que ses deux cousins et plus rare, sa répartition géographique se limitant au Sud-Est en France, en une seule génération de la mi-avril à la mi-juillet.
  • l’Azuré de la faucille - Mai 2012

    Petit azuré bleu violet vif (mâle) ou brun noir (femelle), il est peu commun et présent seulement dans la moitié Sud de la France où il fréquente les lisières de friches fleuries ou de prairies ; il butine plutôt les plantes basses mais se pose souvent en hauteur.
  • la Mélitée du plantain - Avril 2012

    Papillon de taille moyenne, aux deux sexes semblables, la Mélitée du plantain se confond au vol avec tous les autres Damiers et Mélitées à cause de sa couleur fauve et noire en quadrillage. Quand elle se pose bien étalée pour butiner, on la reconnait d’emblée aux points noirs du quadrillage submarginal de l’aile postérieure.
  • l’Aurore - Avril 2012

    Ce papillon blanc de taille moyenne a une forme mâle reconnaissable au premier coup d’œil, même au vol, grâce aux taches d’un bel orange vif au bout des ailes antérieures. La femelle, par contre, toute blanche avec quelques taches noires, se confond aisément avec les toutes les autres Piérides.
  • le Collier-de-corail - Avril 2012

    Le Collier-de-corail est un petit Argus brun, à lunules orangées au bord des ailes. Il vole d’avril à octobre, dans toute la France. Du fait de sa couleur, on pourrait le confondre avec les femelles brunes de certains Azurés (Argus bleus), mais les lunules orangées sont bien développées et complètes, aux deux ailes.
  • le Flambé - Avril 2012

    Grand et magnifique papillon, il se remarque par son aptitude au vol plané. On le voit survoler les arbres, puis descendre en planant. Quand on a la chance de l’admirer de plus près, parce qu’il se nourrit ou qu’il s’étale pour prendre le soleil, on note sa forme très particulière avec deux queues, ses rayures noires sur fond blanc jaunâtre, ses taches orangées et ses taches bleues. Plus fréquent dans le Midi, il aime les endroits ouverts ou semi-ouverts comme les sentiers et clairières dans des (...)
  • le Céphale - Avril 2012

    Nymphalide de taille moyenne et de couleur rousse, on le voit le plus souvent ailes fermées, du printemps à l’automne sur les arbustes où il se pose, du niveau de la mer jusqu’en montagne. Il est voisin de deux autres Coenonympha, le Satyrion et le Céphalion qui ont une répartition retreinte aux Alpes.
  • la Belle-Dame - Avril 2012

    Grand papillon nymphalide qui se laisse approcher quand il butine. On le voit aussi bien étalé (fauve, noir et blanc) ou que de profil quand il referme ses ailes (brun, blanc et rosé avec des ocelles). Il passe l’hiver sur les bords de la Méditerranée ou en Afrique du Nord et migre vers le nord au printemps ; certaines années la migration est spectaculaire et donc bien visible ce qui fut le cas au printemps (...)
  • l’Azuré du thym - Mars 2012

    Très petit azuré, il vole du printemps à la fin de l’été auprès des thyms où il va pondre. Plus fréquent en région méditerranéenne, il fréquente les garrigues sèches jusqu’à 1700 m. Les deux sexes ont un revers semblable mais, sur le dessus, le mâle est plus bleu et la femelle plus brun-noir.
  • la Grande Tortue - Mars 2012

    La Grande Tortue (Nymphalidae Nymphalinae), qu’on pourrait éventuellement confondre avec la Petite Tortue, est un grand papillon brun et orangé qui hiberne dans des bâtiments et sort dès février pour se reproduire. Je l’ai vue en 2012 et 2013, en mars et début avril, prenant le soleil, posée à terre. Elle se nourrit peu de nectar et aime, parait-il, les écoulements de sève : on la trouve donc en lisière des zones boisées et dans des vergers de fruitiers. À Champtercier (04), je l’ai photographiée se (...)
  • l’Argus vert - Mars 2012

    L’Argus vert, Callophrys rubi, est un petit Lycène du printemps. On le voit posté sur une branche basse d’un arbre, ou sur un arbuste et, dans ce cas, il est presque sûr que c’est un mâle qui surveille son territoire : immobile, vert dans le vert du feuillage, il est bien camouflé mais l’observateur attentif est attiré par ses antennes annelées et terminées par un bout de massue bien rousse. On le voit aussi butiner sur diverses fleurs basses (thym, globulaire...). Il est visible dans toute la France, (...)
  • la Petite Tortue - Mars 2012

    Voici un des nombreux papillons dont les chenilles vivent sur les orties, ce qui en fait une espèce anthropophile qui, en outre, butine sur quantité de fleurs différentes. La Petite Tortue est un papillon de taille moyenne, à la coloration très caractéristique mais qui, de loin, peut éventuellement être confondue avec la Grande Tortue. On la trouve partout en France, jusque très haut en altitude. Elle hiberne et réapparait entre février et avril, selon le climat. Elle peut avoir une ou deux (...)
  • le Marbré-de-vert - Mars 2012

    Rare en France, il n’est permanent que dans la région méditerranéenne et migre parfois dans le Nord (de moins en moins souvent). On l’appelle aussi Piéride du réséda parce qu’il pond sur cette plante ( mais aussi sur les Brassicacées, comme beaucoup de Piérides). Il a une espèce jumelle dans l’Ouest de l’Europe à partir de l’italie, le Marbré de Fabricius. C’est une Piéride assez petite qu’on peut voir de mars à octobre (plusieurs générations). Le dessus est noir et blanc et le dessous avec des taches vertes (...)
  • la Piéride du chou - Mars 2012

    Grand papillon blanc et bon voilier, on le distingue facilement des autres piérides. Il est commun partout car il fait partie des espèces de papillons qui profitent de la présence de l’Homme et particulièrement de ses cultures de Brassicacées. On le voit dans les friches, les champs, les jardins, sur les talus et jusqu’à 2000 m, d’avril à octobre.
  • la Piéride de la rave - Mars 2012

    Encore appelée Petit Blanc du chou, la Piéride de la rave (Pieris rapae)vole du début du printemps à la fin de l’automne en plusieurs générations, partout, jusqu’en haute montagne, pourvu que le milieu soit ouvert et bien ensoleillé. Vous l’avez déjà vue, ou vous la verrez forcément, mais pour la reconnaitre à coup sûr, c’est plus difficile. Ne dites pas : "Encore une piéride blanche qui vole quasiment sans s’arrêter !" ; regardez bien, elle se pose nécessairement pour butiner... Sa plus proche cousine, (...)
  • la Mégère (femelle) ou le Satyre (mâle) - Décembre 2011

    Voici une espèce qui a deux noms vernaculaires, un pour la femelle et un pour le mâle : ils sont pourtant assez semblables, la différence venant des écailles androconiales du mâle formant une bande sombre sur le dessus de l’aile antérieure. Le mâle patrouille sur son territoire, dans les zones rocailleuses et sèches ; il se pose souvent ailes fermées quand le soleil tape. Papillon orangé pouvant être confondu avec l’Ariane femelle (ou le Némusien mâle) quand on ne voit que le dessous, il est présent (...)
  • le Moiré automnal - Décembre 2011

    Les moirés sont généralement des papillons de montagne mais quelques espèces vivent dans le Sud-Est, dont le moiré automnal qu’on trouve en aout et septembre de 500 à 1 600 m d’altitude environ, dans des bois clairs et des prairies de zones chaudes et sèches.
  • l’Azuré de l’orobe - Décembre 2011

    C’est un Azuré que l’on trouve surtout dans le sud-est de la France, fin août et début septembre, en lisière de bois clairs, sur des pentes sèches et ensoleillées jusqu’à 1 800 m.
  • le Fadet commun ou Procris - Novembre 2011

    Petit papillon répandu dans toute la France, il se distingue de tous les autres Fadets par l’absence d’ocelles noirs sous l’aile postérieure et par son dessus fauve. Ce dernier caractère est difficilement visible, car il se pose presque toujours ailes repliées. Dans une observation rapide, on peut le confondre avec le Myrtil mais il s’en distingue par sa plus petite taille, ses antennes annelées (caractère de tous les Fadets), une bordure des ailes postérieures nettement moins ondulée que chez le (...)
  • le Myrtil - Novembre 2011

    Papillon très répandu et très abondant, le Myrtil se voit bien au jardin si on lui donne l’occasion de butiner : il adore les Knauties et les Cirses. Quand il est occupé à pomper le nectar, il se laisse facilement approcher. On distingue facilement le mâle et la femelle.
  • la Petite Violette - Novembre 2011

    Elle fait partie des Nacrés, papillons orangés à taches noires sur le dessus, avec des taches nacrées sur le dessous. Elle est assez petite. On la trouve dans toute la France du printemps à l’automne mais elle peut être très localisée dans certaines régions ; elle est liée aux zones arborées où poussent les violettes dont se nourrissent ses chenilles.
  • l’Azuré des nerpruns - Novembre 2011

    C’est un Azuré bleu aussi bien pour la femelle que pour le mâle. On le reconnait d’emblée au dessous très clair, blanc légèrement bleuté, avec des ocelles noirs très petits et aucune tache colorée submarginale. On le voit dans toute la France, bien sûr dans des endroits ouverts mais toujours proches de zones arbustives.
  • la Piéride de la moutarde - Novembre 2011

    C’est une petite piéride blanche à ailes allongées qui vole assez bas en longeant les haies et les bosquets. On la trouve dans toute la France, du début du printemps à l’automne et jusqu’à 2 000 m. Il existe une espèce jumelle dans les Pyrénées, la Piéride de Réal.
  • le Bel-Argus - Novembre 2011

    Ses autres noms vernaculaires sont Argus bleu-céleste ou Azuré bleu-céleste ; c’est bien un azuré et le mâle est d’un bleu magnifique, alors que la femelle est brune mais lavée de bleu dessus. Son nom de genre est Lysandra et il est donc caractérisé par un liseré noir et une frange noire et blanche, ce qui permet de le distinguer d’autres lycènes d’un beau bleu comme l’Argus bleu. On le voit de mai à septembre jusqu’à 2 000 m dans les prairies sèches et les pelouses sur calcaire. Il est en régression dans (...)
  • l’Azuré du trèfle - Novembre 2011

    Ce petit azuré (femelle brun foncé dessus, mâle bleu foncé dessus) se reconnait facilement si on arrive à bien voir les ailes postérieures qui ont deux petites taches orangés (de une à trois) et une petite queue dans la zone anale. On ne le trouve pas partout et il parait qu’il est en régression.
  • la Piéride du navet - Novembre 2011

    Encore une de ces piérides blanches qu’on a du mal à observer parce qu’elle vole constamment ! On la trouve du printemps à l’automne dans toute la France, dans les prairies et en lisière de bois. Elle peut être confondue avec sa presque sœur, la Piéride de la bryone.
  • le Faune - Octobre 2011

    Il fait partie des satyres qui se posent ailes repliées et se confondent avec le support (cailloux, bois). J’ai vu un mâle qui restait de longs moments posé sur les cailloux d’un chemin, mais fonçait attaquer un silène qui tournait autour d’un poirier voisin.
  • le Silène - Octobre 2011

    Très grand satyre brun foncé, se posant sur les troncs ailes repliées en été. Au jardin, on peut l’attirer avec des fruits trop mûrs comme l’Agreste et le Sylvandre. Quand ils sont tous repliés, ils se ressemblent mais le Silène se distingue de tous les autres par une tache blanche supplémentaire (voir la fiche jointe).
  • l’Agreste - Octobre 2011

    Ce grand satyre brun se pose souvent au sol, sur un mur, sur un tronc ne montrant que son profil, souvent même en cachant son aile antérieure sous la postérieure. Quand il vient au jardin manger des fruits trop mûrs, en compagnie du silène, il découvre les deux ocelles de l’aile antérieure ; mais rien à faire pour le surprendre bien étalé !
  • le Petit Nacré - Octobre 2011

    Le Petit Nacré, Issoria lathonia, a comme tous les nacrés (Nymphalidae Satyrinae) des taches nacrée brillantes au revers des ailes postérieures, alors que dessus il est fauve orangé avec des taches noires. Il fait partie des petits nacrés (longueur de l’aile antérieure, environ 2 cm) mais c’est lui qui a les plus grandes taches ! Il vole de mars à octobre, dans les prairies et les pelouses jusqu’à 2 500 m dans toute la (...)
  • le Cuivré fuligineux alpin - Octobre 2011

    L’espèce comprend deux sous-espèces et plusieurs races locales. On reconnait tout de suite un Cuivré quand on le voit de profil avec ses lunules orangées encadrées de noir. Ensuite, il faut avoir un mâle pour éviter les confusions entre Cuivrés. La sous-espèce alpine fréquente les prairies puis les pelouses jusqu’à 2500 m.
  • le Brun des pélargoniums - Octobre 2011

    Ce petit papillon est originaire d’Afrique du Sud et il a été introduit en France avec des pieds de Pélargoniums cultivés (ce qu’on appelle "géraniums" dans les magasins). Sa progression a démarré à partir du Midi en 1998 et continue à se développer. Superficiellement, on peut le confondre avec deux autres petits Lycènes beiges à queue, l’Azuré porte-queue et l’Azuré de la luzerne.
  • l’Amaryllis - Octobre 2011

    Pyronia tithonus (Linné) Nymphalidae Papillon commun dans toute l’Europe pendant l’été, dans des milieux variés (friches, jardins, lisières, maquis...) mais jamais très haut en altitude.
  • le Tircis - Octobre 2011

    Pararge aegeria (Linné) Nymphalidae Il est très commun dans les forêts où le mâle défend un territoire de zones ensoleillées. il se reconnait bien, même s’il ressemble un peu à la Mégère.
  • le Damier de la succise - Août 2011

    Euphydryas aurinia (Rottemburg, 1775) Nymphalidae Papillon très variable mais reconnaissable à vue quand il se pose pour butiner, car il se laisse approcher.
  • le Robert-le-diable - Août 2011

    Papillon qu’on reconnait au premier coup d’œil par ses couleurs et la découpe de ses ailes.
  • le Moiré blanc-fascié - Août 2011

    Erebia liegea (Linné) Nymphalidae Papillon brun foncé des régions montagneuses comme tous les Moirés, il se distingue par une tache blanche dessous.
  • le Grand Nacré - Août 2011

    Argynnis aglaja (Linné) Nymphalidae Papillon de taille moyenne, fauve à taches noires mais avec des taches nacrées dessous ; presque partout en France en été.
  • le Tabac d’Espagne - Août 2011

    Le Tabac d’Espagne (Argynnis paphia) est un grand papillon orangé à taches noires qui peut s’observer partout en France, entre mai et septembre, jusqu’à 1700 m. Au jardin, il fréquente assidument les fleurs en grappe du Buddleia et il se laisse facilement approcher quand il est occupé à butiner. On peut le voir aussi étaler ses ailes pour prendre le soleil ; il est facile alors de distinguer le mâle de la femelle : le mâle se distingue par quatre nervures noires épaissies à l’aile antérieure. Chez les (...)