Vous êtes ici : Accueil > les araignées > araignées - les fiches par espèce > Nuctenea umbratica
Publié : 9 janvier 2017

Nuctenea umbratica

L’Épeire des fissures (Nuctenea umbratica) est une araignée facilement reconnaissable mais qu’on voit rarement, car elle ne vient sur sa toile que la nuit. Cette toile géométrique est très grande, généralement excentrée, le moyeu étant rapproché du support où l’araignée est cachée ; elle a souvent un aspect qu’on pourrait qualifier de « négligé » si elle a servi de piège pendant la nuit précédente. Comme support, l’espèce semble apprécier les constructions humaines bien rigides comportant des fissures pouvant servir de cachette (balustrades, poteaux de signalisation…). Mais quand elle choisit une cachette métallique en plein soleil comme une boite à lettres, la coiffe en zinc d’un poteau…, elle est obligée de sortir en plein soleil prendre l’air, au cours de périodes caniculaires ! Dans la nature, elle se cache sous les écorces plus ou moins soulevées de rameaux ou troncs morts…
photo Françoise Drouard - Beaumont-de-Perthuis (84) le 15-10-2016
Quand on la voit, on remarque d’abord sa couleur brune, variable d’un individu à l’autre, d’un stade à l’autre (brun plus ou moins noir, rougeâtre ou jaunâtre) et ses pattes bien épineuses. L’abdomen particulièrement aplati est plutôt arrondi vers l’avant et plutôt pointu vers l’arrière ; il est marqué d’un folium sombre à bords onduleux, contrastant avec les flancs plus clairs et, au milieu du folium, on voit assez bien six paires de petites dépressions rondes marqués d’un point noir : ce sont les sigilles, correspondant à des parties internes sclérifiées où s’attachent les muscles.
photo Françoise Drouard - Sallanches (74) le 7-07-2016
La femelle adulte est grande (taille atteignant 15 mm) ; le mâle est plus petit avec des pattes fines et épineuses très longues, un céphalothorax relativement plus développé que chez la femelle (et c’est l’inverse pour l’abdomen).
photo Claudine Chérèze - Orange (74) le 2-08-2013
Les cocons blancs sont déposés dans la cachette et gardés un certain temps par la femelle. Les petits essaiment tout autour, pas toujours très loin, et certains sites restent habités de nombreuses années par la succession des descendants. La femelle est visible quasiment toute l’année et le mâle se remarque en été.
L’Épeire des fissures a été désignée « araignée de l’année 2017 » par la Société Européenne d’Arachnologie.

Documents joints